La perte de poils chez le chat (alopécie)

la perte de poils chez le chat

La perte de poils chez le chat (aussi appelée alopécie) peut être provoquée par des phénomènes physiologiques comme le renouvellement du pelage lors de changements de saison, ou par des phénomènes pathologiques. Les parasites, les dérèglements hormonaux ou les prédispositions héréditaires sont quelques exemples de causes à l’origine de la perte des poils chez le chat.

Comment survient la perte de poils chez le chat ?

La perte de poils n’est pas une maladie en tant que telle, mais plutôt le symptôme d’une maladie sous-jacente. On distingue deux types d’alopécies : l'alopécie véritable (non prurigineuse, c’est-à-dire non causée par des démangeaisons) et l'alopécie apparente (due aux grattages du chat).

 1. Les causes non prurigineuses

  • les dérèglements hormonaux : la formation des poils se déroule en trois phases distinctes, contrôlées par diverses hormones de croissance. Elles sont entre autres influencées par les hormones des glandes surrénales ou de la glande thyroïde. Ceci explique que les maladies touchant ces organes puissent entraîner une perte de poils. Chez le chat, l'hyperthyroïdie est souvent observée comme étant une cause de la perte de poils
  • les maladies héréditaires, qui entraînent des troubles fonctionnels ou structurels au niveau de la racine des poils (par exemple, la dysplasie folliculaire)
  • les infections de la peau dues à des bactéries (par exemple le staphylocoque ou les streptocoques) ou à des champignons (les Malassezia ou les dermatophytes)
  • les manifestations tumorales
  • le stress

2. Les causes prurigineuses

  • les ectoparasites comme les puces, les acariens d’oreille et les acariens Démodex
  • les réactions allergiques (causées par le pollen, les acariens domestiques ou les litières pour chat parfumées)
  • les infections bactérielles et fongiques

Quels autres symptômes accompagnent la perte de poils ?

Les chats peuvent présenter une perte de poils sur l’ensemble du corps ou de manière localisée. La forme, la cause, l’étendue, l’occurrence temporelle (aiguë ou chronique) et la symétrie varient également selon la cause de la perte des poils. Il n’est pas rare que les chats affectés par une perte de poils manifestent également d’autres symptômes :

  • la perte de poils causée par les démangeaisons du chat est généralement due aux grattages et léchages répétés des zones affectées
  • les troubles hormonaux comme l’hyperthyroïdie du chat sont souvent à l’origine d’une perte de poids chez le chat (malgré un apport calorique plus important) tout comme les troubles gastro-intestinaux et une activité physique débordante
  • les infections bactériennes peuvent s’accompagner de sécrétions purulentes, et, dans les cas les plus graves, elles peuvent entraîner une septicémie (une infection bactérienne du sang) potentiellement mortelle. Les chats affectés se montrent en général très faibles et souffrent de forte fièvre

Quels sont les diagnostics possibles ?

La perte de poils chez le chat peut être provoquée par de nombreuses causes, c’est pourquoi il est recommandé de consulter votre vétérinaire. Les informations que vous lui fournirez au sujet de votre chat, notamment les traitements antiparasitaires administrés par le passé, son régime alimentaire et son mode de vie devraient lui donner de précieuses indications. Précisez également à votre vétérinaire si votre chat a récemment fait l’objet de changements soudains de comportement ou si d’autre symptômes se sont manifestés (par exemple, des épisodes de diarrhée, des vomissements, ou une certaine fatigue).

Après avoir examiné l’état de santé général de votre chat, votre vétérinaire pourra procéder à un examen approfondi des zones cutanées touchées par la perte de poils. L’apparition de sécrétions purulentes peut être le signe d’une infection cutanée bactérienne (pyodermite). Si les poils de votre chat paraissent seulement arrachés, il s’agit alors plutôt d’un cas de perte de poils dû à des démangeaisons.

Malheureusement, les manifestations extérieures ne permettent pas toujours d’établir la cause de la perte de poils. Dans certains cas, il faut bien plus de temps pour pouvoir obtenir un diagnostic fiable. Les diagnostics suivants peuvent vous aider à obtenir des réponses :

  • un test sanguin peut permettre de détecter des signes d’inflammation, de réactions allergiques, d’infestations parasitaires ou de maladies impactant certains organes (comme le foie par exemple)
  • un test cutané (intradermique) ou un test d’anticorps (in-vitro) peut permettre de détecter des réactions allergiques. En procédant par élimination, vous pouvez aussi déterminer si votre chat souffre d’une allergie alimentaire
  • certains tests hormonaux spéciaux permettent d’identifier les troubles hormonaux du chat
  • un trichogramme peut être utilisé pour déterminer le cycle pilaire. Les poils sont alors observés un à un au microscope et étudiés selon leurs particularités
  • les couches cutanées des zones impactées par la perte de poils peuvent être examinées à l’aide d’une biopsie afin d’y identifier des cellules inflammatoires, des bactéries ou des parasites

Comment traiter la perte de poils chez le chat ?

Afin de pouvoir traiter efficacement la perte de poils chez le chat, il est indispensable d’entreprendre un traitement ciblé, qui s’attaque à la cause du problème :

  • les infections bactériennes guérissent en général quelques jours après des nettoyages réguliers de la plaie. Dans certains cas plus graves, votre vétérinaire prescrira un antibiotique à votre chat, sous forme de pommade et/ou de comprimés, après avoir réalisé un test de résistance
  • les infections parasitaires peuvent être soignées à l’aide d’un traitement médicamenteux
  • la perte de poils due à une allergie nécessite parfois l’administration de médicaments à base de cortisone. L’élimination des antigènes dans l’environnement du chat entraîne également la disparition des symptômes
  • en fonction de leur cause, les dérèglements hormonaux se corrigent par traitement médicamenteux ou par chirurgie. Par exemple, l’hyperthyroïdie peut être soignée par un traitement de radiothérapie à l’iode
  • selon leur type, les tumeurs nécessitent un traitement par radiothérapie ou par chimiothérapie. Une opération chirurgicale peut ici aussi guérir votre chat

Découvrez notre sélection d'aliments pour chat adaptés aux problèmes dermatologiques.

Perte de poils chez le chat : quel pronostic médical ?

Chez la majorité des chats, la perte de poils en elle-même n’est pas inquiétante. Néanmoins, des maladies graves peuvent être à l’origine de ce symptôme. Le pronostic dépend donc en grande partie de la cause de la perte de poils et du traitement. Lorsque la maladie est traitée avec succès, la repousse des poils s’effectue assez rapidement dans les zones qui étaient jusqu’à présent dégarnies.

Peut-on prévenir la perte des poils ?

Certaines causes de la perte de poils chez le chat peuvent être traitées à un stade précoce. Les colliers antiparasitaires ou spot-ons à base de pyréthrinoïdes permettent de protéger votre animal des acariens, des puces et des tiques. Une alimentation équilibrée et un mode de vie sain permettent également de lutter contre les maladies à l’origine de la perte de poils chez le chat.

Articles les plus utiles
4 min

L’âge des chats

Il est bien connu que l‘âge des chiens se calcule facilement. Il vous faut multiplier l’âge de votre chien par 7 pour obtenir l’équivalent en âge « humain ». Toutefois, ce chiffre dépend aussi de la race et du poids de votre chien. Qu’en est-il alors de l’âge des chats ? Comment calculer l’âge d’un chat ? Et quelle est l‘espérance de vie d’un chat ? A partir de quel stade peut-on dire d’un chat qu’il est âgé ?
7 min

Le coronavirus chez le chat

Les coronavirus ne représentent pas seulement une menace pour les humains, mais également pour nos compagnons à quatre pattes. Contrairement au nouveau type de coronavirus contaminant les humains, les coronavirus félins (FCoV) sont connus depuis de nombreuses années. Il s’agit notamment du coronavirus entérique félin FECV (Feline Enteric CoronaVirus) et du virus de la péritonite infectieuse féline FIPV (Feline Infectous Peritonitis Virus), bien plus connu. La péritonite infectieuse féline est une maladie mortelle, qui engendre par exemple des épanchements chez les chats atteints. Chez les humains, les personnes au système immunitaire affaibli, comme les personnes âgées ou les malades, sont plus vulnérables face au coronavirus. En revanche, ils souffrent de symptômes s’apparentant à ceux de la grippe.
4 min

Chatte en chaleur : comprendre les chaleurs du chat

Le cycle de reproduction du chat est complètement différent de celui de l'homme. De nombreuses phases de la vie de nos petits félins sont difficilement compréhensibles pour nous. Nous ne savons pas quoi faire ni comment aider notre chat. La période de fertilité de la chatte, que l'on appelle « les chaleurs », fait partie de ces phases compliquées. Lorsque la chatte est en chaleur, on peut reconnaître différents comportements typiques de cet état, par exemple lorsque le chat se roule sur le sol.