La chlamydiose du chat This article is verified by a vet

La chlamydiose chez le chat touche l'oeil

La chlamydiose féline est provoquée par la bactérie Chlamydophila Felis du même nom. Chez les chats, l’agent pathogène se traduit généralement par une conjonctivite chronique ; avec un écoulement clair à visqueux au niveau de l’oeil. En combinaison avec d’autres agents viraux et bactériens, la chlamydia provoque également le coryza du chat, qui se manifeste non seulement par des conjonctivites, mais aussi par de la toux, de la fièvre et des éternuements. Comme la bactérie a un potentiel zoonotique, la transmission homme-chat est possible et les propriétaires peuvent donc également contracter une chlamydiose. Il est donc essentiel de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé de votre chat et celle de votre famille.

Chlamydiose du chat : qu’est-ce que c’est ?

La chlamydia féline est une bactérie intracellulaire obligatoire. Cela signifie que la bactérie dépend des cellules hôtes du chat. En dehors de ces cellules hôtes, elle ne peut survivre que brièvement. En règle générale, les cellules hôtes sont des cellules épithéliales, c’est-à-dire des tissus de recouvrement de la conjonctive des paupières. Une caractéristique particulière de la chlamydiose féline est son cycle de développement en deux parties, qui se caractérise par deux formes morphologiques :

  • Corps élémentaires (CE) : cette forme se trouve en dehors des cellules épithéliales, ne possède pas de métabolisme actif et représente le stade infectieux. Les corps élémentaires entrent dans la cellule eucaryote par endocytose et se transforment ensuite en corps réticulé.
  • Les corps réticulés : Cette forme possède un métabolisme actif et peut se multiplier à l’intérieur des cellules épithéliales. Une fois qu’ils se sont complètement développés, ils redeviennent des corps élémentaires et sont libérés des cellules épithéliales par exocytose ou par lyse.

Transmission du chat à l’homme : quels sont les risques ?

L’infection par la chlamydiose féline se produit soit par contact direct avec des écoulements oculaires contaminés, soit par contact indirect avec des sécrétions de l’appareil respiratoire. Les chats peuvent par exemple s’infecter entre eux par des gouttelettes. Mais il existe également des cas où l’on a observé une infection de l’homme au chat et vice-versa. Chez les chats infectés, le portage conjonctival (corps élémentaires) cesse environ 60 jours après l’infection.

Mais comme ils ne peuvent pas survivre longtemps en dehors des cellules épithéliales, les corps élémentaires présents dans l’environnement meurent en peu de temps. En revanche, les cas récurrents de chlamydia sont fréquents dans les foyers comportant plusieurs chats, comme les refuges pour animaux ou les élevages félins.

Chez certains chats, on a même pu démontrer une persistance des agents pathogènes. Cela signifie que les bactéries peuvent se cacher à l’intérieur du chat pendant une très longue période. Les symptômes n’apparaissent pas pendant cette persistance. Si le système immunitaire est affaibli par le stress, d’autres infections (par ex. FIV, leucose féline (FeLV)) ou des maladies sous-jacentes, les bactéries peuvent être réactivées et entraîner des signes cliniques.

Symptômes : comment la chlamydia féline se manifeste-t-elle ?

La chlamydiose se manifeste principalement par une conjonctivite chronique unilatérale ou bilatérale. Celle-ci se caractérise par une rougeur et éventuellement un gonflement des conjonctives ainsi que par un écoulement oculaire. Ce dernier peut être clair ou visqueux, voire purulent en cas d’infection bactérienne secondaire. Les infections particulièrement graves et non traitées peuvent entraîner de graves séquelles oculaires, notamment la cécité.

La chlamydiose féline peut également induire le coryza du chat qui est également provoqué par des agents viraux tels que l’herpès virus félin 1 (FHV-1), la calicivirose, les réovirus et les virus para influenza félins, ainsi que par d’autres agents bactériens comme les mycoplasmes ou les bordetelles. Le coryza est reconnaissable aux symptômes suivants :

  • Toux et éternuements de votre chat
  • Affaiblissement de l’état général et éventuellement de la fièvre
  • Inflammation des muqueuses buccales et douleurs associées
  • Troubles du comportement alimentaire et perte de poids
  • L’affaiblissement du système immunitaire entraîne un risque accru d’autres infections (p. ex. FeLV, FIV).

Diagnostic : comment détecter les chlamydioses chez les chats ?

Il n’est pas rare que les chats présentent une conjonctivite. Outre la chlamydiose, celles-ci peuvent par exemple être dues aux courants d’air, à la fumée ou à de petites blessures. Si ces conjonctivites ne guérissent pas ou si elles se répètent, il est conseillé de consulter le vétérinaire pour protéger l’œil. Avant chaque examen, celui-ci demande des détails importants dans le cadre de l’interrogation du propriétaire (anamnèse). Par exemple, le statut vaccinal du chat ou le mode d’élevage et d’alimentation. Si le chat n’est pas suffisamment vacciné les mesures diagnostiques suivantes sont indiquées :

La chlamydiose peut être détectée en laboratoire à l’aide d’un prélèvement au niveau de l’oeil. Cela se fait à l’aide d’une coloration spéciale (Giemsa) ou de procédés de biologie moléculaire (p. ex. la réaction de polymérase en chaîne, PCR). Il est également possible de mesurer le taux d’anticorps dans le sang suite à une prise de sang. Cela ne fonctionne que si le chat n’a jamais reçu au préalable d’injection de vaccin contre la chlamydiose. Pour être sûr du résultat du test, il est également recommandé d’analyser la production d’anticorps à plusieurs reprises. Si l’on soupçonne une infection par d’autres agents pathogènes du coryza, ceux-ci peuvent également être détectés en laboratoire à l’aide de différentes méthodes. Comme de nombreux cabinets vétérinaires ne sont pas spécialisés dans ces méthodes de diagnostic en laboratoire, il faut dans la plupart des cas 1 à 3 jours pour établir le diagnostic définitif.

Traitement : comment guérir la chlamydia féline ?

Bien que la chlamydiose ressemble fortement aux virus en raison de son mode de vie intracellulaire, il est possible de la soigner avec des produits antibactériens. On peut par exemple lui administrer une pommade oculaire antibiotique (p. ex. tétracycline) ou, en cas d’évolution grave, des antibiotiques systémiques sous forme de comprimés. Les pommades ophtalmiques contenant de la cortisone permettent également de lutter contre les conjonctivites du chat, mais sont contre-indiquées en cas d’ulcère de la cornée (souvent observé lors d’infections par l’herpès virus félin 1).

Si votre chat a uniquement une conjonctivite et que vous ne pouvez pas vous rendre de suite chez votre vétérinaire, il est possible de lui administrer un traitement naturel pour soulager ses yeux.

Pronostic : la maladie est-elle dangereuse ?

En général, une infection à Chlamydia chez le chat peut être traitée à l’aide de médicaments. Il est toutefois important de consulter un vétérinaire à un stade précoce afin d’éviter d’éventuelles séquelles oculaires et de nouvelles infections chez d’autres chats. Il faut également garder à l’esprit que la bactérie a un potentiel zoonotique, c’est-à-dire qu’elle peut également infecter les humains. Les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes et les enfants doivent donc être particulièrement prudents lorsqu’ils manipulent des chats atteints de chlamydia.

Prévention : comment éviter une infection de son animal ?

En France, les chats peuvent être vaccinés contre la chlamydia féline. Toutefois, ces vaccins ne préviennent que le tableau clinique, pas l’infection elle-même. C’est pourquoi, mis à part la vaccination, il est particulièrement important de faire traiter une infection à chlamydia chez le chat et de respecter en même temps des mesures d’hygiène.


Franziska G., Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Gütgeman mit Hund

À l'université Justus-Liebig de Gießen, j'ai suivi une formation de vétérinaire où j'ai pu acquérir une certaine expérience dans divers domaines, tels que la médecine dédiée aux petits et grands animaux, la médecine exotique, la pharmacologie, la pathologie et l'hygiène alimentaire. Depuis, je n'ai pas seulement travaillé en tant qu'auteur vétérinaire. J’ai également travaillé sur ma thèse qui a été influencée scientifiquement. Mon objectif est de mieux protéger les animaux contre les agents pathogènes bactériens à l'avenir. En plus de mes connaissances, je partage mes propres expériences en tant que propriétaire de chien et je peux ainsi comprendre et apaiser les craintes et les problèmes, ainsi que d'autres questions concernant la santé animale.


Articles les plus utiles
4 min

L’âge des chats

Il est bien connu que l‘âge des chiens se calcule facilement. Il vous faut multiplier l’âge de votre chien par 7 pour obtenir l’équivalent en âge « humain ». Toutefois, ce chiffre dépend aussi de la race et du poids de votre chien. Qu’en est-il alors de l’âge des chats ? Comment calculer l’âge d’un chat ? Et quelle est l‘espérance de vie d’un chat ? A partir de quel stade peut-on dire d’un chat qu’il est âgé ?
4 min

Chatte en chaleur : comprendre les chaleurs du chat

Le cycle de reproduction du chat est complètement différent de celui de l'homme. De nombreuses phases de la vie de nos petits félins sont difficilement compréhensibles pour nous. Nous ne savons pas quoi faire ni comment aider notre chat. La période de fertilité de la chatte, que l'on appelle « les chaleurs », fait partie de ces phases compliquées. Lorsque la chatte est en chaleur, on peut reconnaître différents comportements typiques de cet état, par exemple lorsque le chat se roule sur le sol.
8 min

Le coronavirus chez le chat

Les coronavirus ne représentent pas seulement une menace pour les humains, mais également pour nos compagnons à quatre pattes. Contrairement au nouveau type de coronavirus contaminant les humains, les coronavirus félins (FCoV) sont connus depuis de nombreuses années. Il s’agit notamment du coronavirus entérique félin FECV (Feline Enteric CoronaVirus) et du virus de la péritonite infectieuse féline FIPV (Feline Infectous Peritonitis Virus), bien plus connu. La péritonite infectieuse féline est une maladie mortelle, qui engendre par exemple des épanchements chez les chats atteints. Chez les humains, les personnes au système immunitaire affaibli, comme les personnes âgées ou les malades, sont plus vulnérables face au coronavirus. En revanche, ils souffrent de symptômes s’apparentant à ceux de la grippe.