Mon chat est-il en surpoids ?

chat en surpoids

Presque un chat sur deux est en surpoids. Le surpoids et l’obésité doivent être pris au sérieux : ces deux problèmes nuisent non seulement à l’espérance de vie des chats, mais ils augmentent aussi le risque de maladies, comme le diabète ou les douleurs articulaires. Vous apprendrez ici comment déterminer si votre chat est en surpoids.

Quand puis-je dire que mon chat est en surpoids ?

Afin de pouvoir juger si votre chat est en surpoids, référez-vous en premier lieu au poids normal des chats. Sauf quelques exceptions, de nombreuses races de chats ont une taille corporelle comparable ainsi qu’un poids idéal semblable. Selon les études, les races se classent en trois ou cinq catégories de poids :

chat en surpoids

Si le poids corporel de votre chat est 10 % supérieur au poids normal, on parle alors de surpoids. Un chat sera considéré comme obèse si son poids est d’au moins 20 % au-dessus du poids normal.

Il existe bien évidemment dans chaque race ou croisement de plusieurs races des chats menus ou imposants. Le classement ci-dessus ne donne qu’une indication approximative à laquelle les propriétaires de chats peuvent s’orienter. En fin de compte, il est nécessaire de juger chaque chat, indépendamment des autres, pour savoir s’il est en surpoids.

Astuce : en plus des catégories de poids, il est possible d’obtenir une indication de surpoids en observant le poids de votre animal à la fin de son premier anniversaire.

Comment savoir si mon chat est en surpoids ?

Il existe plusieurs possibilités pour savoir si votre chat est en surpoids ou non. La méthode la plus couramment utilisée pour une première estimation, et aussi probablement la plus objective, c’est de juger l’état nutritionnel.

On peut le déterminer à l’aide de l’indice de masse corporelle qui mise sur le jugement visuel et la palpation de la graisse corporelle au niveau de la poitrine, de la taille et de la colonne vertébrale. À l’aide des observations, on classe le chat dans l’une des neuf catégories de l’indice.

En règle générale, un chat est considéré comme trop gros lorsqu’on ne sent plus les côtes au toucher et qu’on ne reconnaît plus la taille. De plus, vue de côté, la ligne abdominale inférieure, qui va des côtes aux hanches, doit être légèrement ascendante, et non parallèle au sol. Des bourrelets de graisse dans la région lombaire sont un autre signe de surpoids chez le chat.

En pesant régulièrement votre chat, vous pourrez observer un éventuel changement de son poids : si la balance indique à chaque fois un poids qui augmente, il est fort probable que votre petit protégé tende vers le surpoids.

Quelle est l’origine de la prise de poids chez le chat ?

Le surpoids chez les chats est dû en règle générale à un déséquilibre entre l’apport et la consommation d’énergie. Cette explication paraît simple de premier abord : l’obésité chez le chat apparaît la plupart du temps lorsque différents facteurs sont concomitants, c’est la raison pour laquelle il est également important de prévenir l’obésité.

Souvent, l’obésité tardive trouve ses prémices lorsque le chat est encore un chaton. En effet, une alimentation trop riche en calories engendre un nombre plus élevé de cellules graisseuses que chez des chatons recevant une alimentation normale. Le nombre de cellules ne varie plus avec l’âge, ce qui augmente le risque d’obésité chez l’adulte.

Cause principale 1 : un apport en énergie trop élevé

Un apport énergétique trop important est l’un des principaux déclencheurs de surpoids chez le chat. Les chats ont du mal à compenser ce surplus d’énergie en étant actif, car ils bougent généralement moins lorsqu’ils sont en appartement.

Les causes les plus fréquentes d’un surplus d’énergie : une trop grande quantité de nourriture, un accès illimité à la nourriture et / ou une nourriture qui présente beaucoup trop de calories pour une seule portion).

La nourriture sèche, couramment utilisée pour une alimentation à volonté, a une densité énergétique pour 100 grammes cinq fois supérieure à l’alimentation humide. Dans le cas d’une alimentation uniquement à base de nourriture sèche, les chats absorbent généralement plus de calories qu’ils en ont besoin.

Les chats ont également tendance à manger de la nourriture savoureuse en de trop grosses quantités, comme la viande et le poisson frais, ou encore de la nourriture avec une haute teneur en graisse. Ce sont les plats que l’on retrouve sur notre table qui contiennent souvent beaucoup de matières grasses, qui elles contiennent deux fois plus de calories que les protéines ou les hydrates de carbone.

Par ailleurs, les chats aiment manger lorsqu’ils s’ennuient ou en situation de stress permanente et c’est justement quand ils s’ennuient que les chats vont souvent quémander. Les propriétaires interprètent ce comportement en se disant que leur chat a faim, et vont alors le nourrir à nouveau.

De plus, il leur arrive d’oublier que les friandises contiennent beaucoup de calories : il est important que cela soit pris en compte dans la portion journalière.

Cause principale 2 : un besoin en énergie moindre

En règle générale, un jeune chat (de mois de deux ans) a un besoin en énergie plus élevé que les chats adultes ou âgés. Cela dit, le besoin en énergie de chaque chat peut varier sensiblement, ce qui complique l’estimation exacte de la quantité des besoins alimentaires. Souvent, le comportement alimentaire et la quantité de nourriture ne sont pas adaptés à l'évolution des besoins et le chat prend du poids.

Un chat en surpoids a besoin de moins de calories par kilogramme (quarante-quatre kilocalories par kg) qu’un chat avec un poids normal (cinquante-six kilocalories par kg) ou qu’un chat très léger (soixante-trois kilocalories par kg). Prenez-le en compte si vous souhaitez mettre votre chat au régime ou réduire son poids.

Cause principale 3 : la castration

La castration est un autre facteur de surpoids chez le chat. Un chat castré a tendance à avoir un plus gros appétit, une activité physique moins élevée et un changement au niveau de la graisse corporelle. De ce fait, le besoin en énergie d’un chat après la castration est réduit jusqu’à 30%. Si la quantité de nourriture n’est pas réduite, les chats castrés auront un risque trois fois plus élevé d’être en surpoids que les chats non castrés.

Les maladies comme déclencheurs de la prise de poids

Outre toutes les causes pouvant être influencées par l’environnement et le propriétaire, renseignez-vous si une maladie n’est pas à l’origine du surpoids chez votre chat. Discutez-en avec votre vétérinaire.

Les maladies suivantes peuvent provoquer une prise de poids chez le chat :

  • La maladie de Cushing (hyperadrénocorticisme)

La maladie de Cushing est une maladie du cortex surrénal. La glande surrénale se met à produire durablement trop de cortisol. Les chats auront davantage faim, mais seront moins actifs et plus paresseux. Ces deux derniers symptômes engendrent des dépôts de graisse, en particulier au niveau du ventre. On observe alors un abdomen épais et tombant, tandis que le reste du corps est souvent très fin.

  • L’acromégalie / l’hypersomatotropisme

Cette maladie hormonale est causée par une augmentation ou une tumeur de l’hypophyse. Elle produit davantage d’hormones de croissance. À cause de cet excédent, les os, les organes internes et les tissus conjonctifs grossissent. Chez le chat, on le voit à sa tête relativement grande et large et à ses pattes qui le deviennent de plus en plus aussi. L’hormone de croissance cause dans presque tous les cas une résistance à l’insuline, et donc un diabète de type 2 secondaire, difficile à contrôler par l’insuline. Cela engendre une augmentation de l’appétit, puis une prise de poids supplémentaire.

  • L’hypothyroïdie

Cette maladie engendre une faible production d’hormones thyroïdiennes, responsable de la fonction cellulaire et métabolique du chat. Lorsque les hormones manquent, les cellules travaillent trop lentement et ne consomment plus autant d’énergie. Le chat malade, deviendra dans un même temps moins actif. Cela dit, l’hypothyroïdie est extrêmement rare chez le chat.

En plus des maladies hormonales, il existe d’autres maladies qui diminuent l’activité physique du chat et donc favorisent sa prise de poids et dans un même temps le surpoids facilite ces maladies. Le chat se retrouve alors dans un cercle vicieux. Par exemple, les problèmes cardio-vasculaires et les maladies des voies respiratoires, engendrent de la fatigue et une déficience des capacités.

Si le chat a des antécédents d'arthrose ou d'arthrite, il aura tendance à ne pas beaucoup bouger à cause de la douleur et malheureusement, le propriétaire ne se rend pas souvent compte que son chat souffre de problèmes d’articulation.

Médicaments

Les traitements de certaines maladies peuvent entraîner une augmentation de l’appétit et, secondairement, une prise de poids. Il s'agit avant tout de médicaments antiépileptiques, de glucocorticoïdes et de progestatifs (médicaments pour supprimer l’état de chaleur).

chat en surpoids

Conséquences en cas de surpoids du chat

Le surpoids est à considérer comme une maladie qui amène inévitablement d’autres maladies limitant l’espérance de vie en comparaison avec des chats de la même race ayant un poids normal.

Le diabetes mellitus et l’intolérance au glucose

L’adiposité est l’un des plus gros facteurs de risques chez les chats et peut engendrer du diabetes mellitus. Il s’agit ici d’un diabète de type 2 causé par une résistance à l’insuline. Le corps produit certes suffisamment d’insuline, mais elle n’influence plus le métabolisme.

Les chats diabétiques ont souvent un appétit vorace, sont fatigués et inactifs, favorisant la prise de poids. C’est grâce à un régime strict et à une réduction du poids que l’on peut espérer une amélioration du diabetes mellitus de type 2, voire une totale disparition.

La lipidose hépatique idiopathique

La stéatose hépatique apparaît lorsque les chats, et en particulier ceux en surpoids, ne mangent plus ou presque plus. Le métabolisme mobilise (dissous) ensuite les graisses dans les réserves de graisse.

Comme les chats ne peuvent pas transformer ces graisses en production d’énergie, elles se retrouvent stockées dans les cellules du foie qui ne parvient plus à travailler normalement, engendrant une insuffisance hépatique.

Un chat en surpoids qui ne mange (presque) plus depuis plusieurs jours doit être impérativement amené chez un vétérinaire car une lipidose hépatique peut se produire : il s'agit d'une maladie potentiellement mortelle qui nécessite des soins médicaux intensifs.

Problèmes d’articulation et troubles du mouvement

Le surpoids chez les chats entraîne souvent des problèmes sous-estimés au niveau de l’appareil locomoteur.

Chez les chats adultes en surpoids, l’augmentation du poids engendre une surexploitation des articulations et des tendons. Les arthrites et les arthroses sont de possibles conséquences, surtout au niveau de l’articulation du coude et de la cuisse.

En cas de douleurs articulatoires, les chats montrent une activité corporelle réduite et des périodes de repos prolongées. Les boiteries ou les expressions de douleurs, sont rarement identifiées par le propriétaire : voilà pourquoi les maladies des articulations passent souvent inaperçues.

Quand un chat est en surpoids, son corps produit davantage de médiateurs inflammatoires contribuant à la progression des arthrites. Ces douleurs articulaires ont pour conséquence une baisse de l’activité physique ainsi qu’une prise de poids supplémentaire.

Une toilette qui fait défaut

De nombreux chats trop gros présentent des problèmes cutanés : lorsqu’un chat est en surpoids, il est fortement limité dans ses mouvements, ce qui peut l’empêcher d’effectuer correctement sa toilette habituelle avec pour conséquence un accroissement de la desquamation sur tout le corps ainsi qu’un développement des impuretés au niveau des excréments.

Le manque d’hygiène peut favoriser l’acné, la perte des poils et une inflammation de la peau. Une obésité avancée avec une absence quasi-totale de mouvement entraîne également souvent des nécroses de pression (zones de peau morte et gravement enflammées en raison d'une pression excessive).

Les maladies des voies urinaires inférieures (FLUTD)

Un chat en surpoids a moins d’activité physique, boit moins et fait plus rarement ses besoins. De fait, l’urine séjourne plus longtemps dans la vessie et se concentre.

De petits cristaux d’urine peuvent se former et le risque de formation de calculs urinaires augmente nettement.  Les calculs urinaires engendrent des inflammations chroniques de la vessie et peuvent causer une obstruction aiguë de l’urètre. Si cela arrive, il y a urgence !

Chat en surpoids avec des problèmes au niveau de l’estomac et de l’intestin

Des études ont montré un lien entre l'obésité chez les chats et l'augmentation des cas de diarrhée, de maladies inflammatoires de l'intestin, de maladies de la poche anale et de la constipation.

Ces maladies ne sont pas directement provoquées par le surpoids, mais sont généralement le résultat de maladies secondaires de l'obésité. Par exemple, le manque d’activité peut provoquer une paresse intestinale, puis une constipation.

Des problèmes avec les poumons

La masse corporelle plus importante des chats en surpoids entraîne un besoin en oxygène plus élevé. Des dépôts de graisse se forment au niveau de la poitrine, l’espace réduit pour respirer et le besoin en oxygène plus élevé engendrent des problèmes et une détresse respiratoires. En conséquence les chats ont une mauvaise endurance et se fatiguent rapidement, alimentant ainsi la prise de poids.

Problèmes cardio-vasculaires

Le surpoids chez les chats participe à l’apparition, ou du moins à la progression, de maladies cardiaques par exemple l’hypertension.

Chez un chat en surpoids, l’énergie en trop sera stockée sous forme de graisse dans tout le corps. Cette graisse se dépose également en s'infiltrant (en pénétrant le tissu) dans des organes tels que le cœur ou le foie.

Le problème, c’est que ce stockage limite la performance du cœur qui doit alimenter en sang une masse corporelle plus importante et travailler contre une pression plus élevée dans les vaisseaux. Tout ceci engendre sur le long terme des lésions au niveau du cœur ainsi qu’une insuffisance cardiaque.

Consommation accrue de médicaments anesthésiques et mauvaise cicatrisation des plaies

Le tissu adipeux stocke les anesthésiques, il en faut donc une plus grande quantité lors des opérations chirurgicales. Dans le même temps, la dégradation des médicaments dans le foie et leur élimination par les reins sont altérées. Avec une fonction pulmonaire souvent diminuée et des problèmes cardio-vasculaires, un chat en surpoids est considéré comme patient à risque.

Une circulation réduite dans l’ensemble des tissus de l’organisme augmente en outre le risque d’infections des blessures et de difficultés de cicatrisation en cas d’opérations.

Un mauvais système immunitaire et davantage de maladies tumorales

Lorsqu’un chat est en surpoids, ses défenses immunitaires sont amoindries : il est facilement sujet aux infections et autres maladies. Par ailleurs, les animaux qui ont un poids trop élevé sont souvent plus sensibles à la chaleur.

Le surpoids nuit à la reproduction : chez la chatte, une gestation comporte davantage de risques et le rétrécissement du canal de naissance dû aux dépôts de graisse rend l'accouchement plus difficile.

Des maladies tumorales peuvent apparaître plus fréquemment chez les chats en surpoids. Par exemple, il semble qu’un lien existe entre l'obésité et les adénocarcinomes, les lymphomes ou les carcinomes spinocellulaires.

Articles les plus utiles
4 min

L’âge des chats

Il est bien connu que l‘âge des chiens se calcule facilement. Il vous faut multiplier l’âge de votre chien par 7 pour obtenir l’équivalent en âge « humain ». Toutefois, ce chiffre dépend aussi de la race et du poids de votre chien. Qu’en est-il alors de l’âge des chats ? Comment calculer l’âge d’un chat ? Et quelle est l‘espérance de vie d’un chat ? A partir de quel stade peut-on dire d’un chat qu’il est âgé ?
7 min

Le coronavirus chez le chat

Les coronavirus ne représentent pas seulement une menace pour les humains, mais également pour nos compagnons à quatre pattes. Contrairement au nouveau type de coronavirus contaminant les humains, les coronavirus félins (FCoV) sont connus depuis de nombreuses années. Il s’agit notamment du coronavirus entérique félin FECV (Feline Enteric CoronaVirus) et du virus de la péritonite infectieuse féline FIPV (Feline Infectous Peritonitis Virus), bien plus connu. La péritonite infectieuse féline est une maladie mortelle, qui engendre par exemple des épanchements chez les chats atteints. Chez les humains, les personnes au système immunitaire affaibli, comme les personnes âgées ou les malades, sont plus vulnérables face au coronavirus. En revanche, ils souffrent de symptômes s’apparentant à ceux de la grippe.
4 min

Chatte en chaleur : comprendre les chaleurs du chat

Le cycle de reproduction du chat est complètement différent de celui de l'homme. De nombreuses phases de la vie de nos petits félins sont difficilement compréhensibles pour nous. Nous ne savons pas quoi faire ni comment aider notre chat. La période de fertilité de la chatte, que l'on appelle « les chaleurs », fait partie de ces phases compliquées. Lorsque la chatte est en chaleur, on peut reconnaître différents comportements typiques de cet état, par exemple lorsque le chat se roule sur le sol.