Maladie d’Addison chez le chien This article is verified by a vet

Un chien qui se fait ausculter pour la maladie d'Addison

Le vétérinaire procède d'abord à un examen général du chien.

Votre chien qui a l’habitude d’être joyeux et agile, est constamment fatigué et marche derrière vous lorsque vous le promenez ? Il se peut que la maladie d’Addison, une maladie rare, en soit la cause chez votre chien. Découvrez ici tout ce qu’il faut savoir pour préserver la santé de votre chien.

Causes : quelles sont les origines de cette pathologie ?

Les causes de la maladie d’Addison chez le chien (également appelée hypoadrénocorticisme ou insuffisance surrénale) sont très diverses et ne sont pas encore totalement élucidées. C’est pourquoi, les médecins divisent les causes en maladie d’Addison primaire et secondaire.

Maladie d’Addison primaire : affection de la glande surrénale

La majorité des chiens concernés sont atteints de la maladie d’Addison primaire. Celle-ci résulte de la destruction du tissu des glandes surrénales. Les dommages se produisent le plus souvent au niveau du cortex surrénal, dans lequel ont lieu la production d’aldostérone et de cortisol. Les quelques cellules encore fonctionnelles produisent trop peu d’hormones. Ainsi, le taux de cortisol et d’aldostérone dans le sang diminue. Si l’on constate un décalage des électrolytes dû à l’absence d’aldostérone, on parle d’une maladie d’Addison typique. En revanche, dans le cas de la maladie d’Addison atypique, seul le cortisol fait défaut.

Les lésions du tissu glandulaire peuvent avoir les causes suivantes :

  • Prédispositions héréditaires : certaines races de gros chiens comme le dogue allemand, le Leonberg ou le grand caniche sont particulièrement touchées par la maladie d’Addison.
  • Les maladies auto-immunes : le corps produit des cellules immunitaires qui attaquent les propres cellules de l’organisme. Il en résulte des dommages sur les organes les plus divers, dont la glande surrénale.
  • Autres maladies : des maladies telles que des infections ou des tumeurs peuvent endommager les tissus de la glande surrénale.
  • Iatrogène : si les chiens reçoivent des glucocorticoïdes (cortisone) pendant une longue période ou si ceux-ci sont soudain arrêtés, la glande surrénale ne peut pas reprendre son travail assez rapidement. Cette forme de la maladie d’Addison est donc quasiment déclenchée par le vétérinaire lui-même (iatrogène).
  • Maladie de Cushing : il s’agit d’un hyperfonctionnement des glandes surrénales. Dans le pire des cas, cet hyperfonctionnement entraîne une défaillance totale de la glande surrénale – le chien développe alors la maladie d’Addison.

Maladie d’Addison secondaire : affection de l’hypophyse

En présence d’un trouble au niveau de l’hypophyse ou de l’hypothalamus, une partie importante du diencéphale, une forme secondaire de la maladie se développe. L’hypophyse et l’hypothalamus sont les centres de contrôle supérieurs des glandes surrénales. Elles régulent leur activité hormonale via l’hormone adrénocorticotrope (ACTH) et la Corticotropin-Releasing hormone (CRH). Si l’ACTH n’est pas sécrétée ou si la CRH est produite en trop grande quantité, la formation de cortisol n’a pas lieu.

Symptômes : quels sont les signes qui trahissent cette maladie hormonale ?

Tout comme l’hypothyroïdie chez le chien, la maladie d’Addison est une maladie hormonale. Les signes de cette maladie chez le chien varient selon la concentration de cortisol et d’aldostérone. L’aldostérone provoque un déplacement du sodium et du potassium. C’est pourquoi les chiens présentant une carence en ces deux hormones tombent généralement plus gravement malades. Les symptômes suivants sont des signes possibles de la maladie d’Addison chez le chien :

  • Symptômes généraux : faiblesse, état général perturbé, comportement dépressif
  • Troubles gastro-intestinaux : votre chien souffre de diarrhée (parfois hémorragiques), de vomissements, de perte d’appétit, et d’amaigrissement
  • Augmentation de la consommation d’eau et donc de l’émission d’urine (polydipsie et polyurie)
  • Tremblements musculaires pouvant aller jusqu’à des crampes
  • Crise addisonienne (état proche du choc) : défaillance cardio-vasculaire, hypothermie, faiblesse, hypotension, danger de mort par une augmentation soudaine du taux de potassium (hyperkaliémie)

Diagnostic : comment détecter la maladie d’Addison chez les chiens ?

La maladie d’Addison étant relativement rare chez le chien et ne provoquant souvent que des symptômes non spécifiques, le diagnostic peut être difficile. Si le vétérinaire soupçonne une maladie d’Addison, il procède à différents examens spécialisés.

Le bilan sanguin et la mesure de la pression artérielle permettent déjà de déterminer des paramètres importants, comme par exemple un décalage électrolytique. Si la densité de l’urine (poids spécifique) est également diminuée, le soupçon se confirme. Si l’échographie révèle des vaisseaux étroits ou des glandes surrénales réduites, il s’agit d’un autre indice important.

Pour un diagnostic plus sûr, le vétérinaire effectue un test de stimulation à l’ACTH. Lors d’une première prise de sang, le laboratoire détermine le taux de cortisol (basal) actuel. Le vétérinaire injecte ensuite de l’ACTH au chien et effectue une nouvelle prise de sang environ une heure plus tard. Chez les chiens en bonne santé, le taux de cortisol augmente après l’administration d’ACTH. Si le taux de cortisol reste inchangé, la maladie d’Addison est très probable chez le chien concerné.

Traitement : quels sont les solutions pour calmer les symptômes ?

Le traitement de la maladie d’Addison chez le chien se distingue entre le traitement à long terme et le traitement d’une crise addisonienne.

Le traitement à long terme associe une supplémentation en glucocorticoïdes et en minéralocorticoïdes. Votre chien doit alors généralement prendre ces médicaments à vie. Jusqu’à ce que toutes les valeurs sanguines se soient normalisées et que le bon dosage des médicaments ait été trouvé, quelques examens de contrôle sont prévus chez le vétérinaire. Une fois que le chien est bien équilibré, des contrôles semestriels sont généralement suffisants. Les médicaments nécessaires à vie et les examens réguliers entraînent toutefois des coûts non négligeables à long terme. Le prix du traitement va donc varier en fonction du stade de la maladie.

Si le chien fait une crise addisonienne, des traitements importants sont nécessaires. Pour cela, le chien est généralement hospitalisé. On peut avoir recours à :

  • Des perfusions comme la thérapie liquide pour stabiliser la circulation sanguine
  • L’administration de cristalloïdes (par ex. sodium)
  • La réalisation d’un test ACTH
  • L’administration multiple de glucocorticoïdes
  • Un traitement de l’excès de potassium (hyperkaliémie) par l’administration de gluconate de calcium

La crise addisonienne est une urgence vitale qui doit impérativement faire l’objet d’une prise en charge vétérinaire intensive.

Pronostic : votre animal peut-il se rétablir totalement de la maladie d’Addison ?

Le pronostic dépend fortement de la cause et du degré de la maladie d’Addison chez le chien. Dans la mesure où le vétérinaire détecte rapidement la maladie à évolution lente, un traitement à long terme permet dans la plupart des cas de vivre longtemps. En revanche, une crise aiguë, un traitement incorrect ou l’absence de traitement mettent souvent la vie en danger. La maladie d’Addison ne peut pas être guérie chez le chien.

Mais si l’on vous parle d’euthanasie ou que vous entendez qu’une guérison est toujours impossible, adressez-vous tout d’abord à un vétérinaire afin de connaître les différents traitements possibles.

Même s’il n’existe pas de traitement naturel pour cette maladie, certaines méthodes peuvent vous aider à gérer les symptômes de votre chien, tels qu’une alimentation équilibrée et riche en nutriments afin de soutenir la santé générale de votre animal et renforcer son système immunitaire.

Prévention : comment protéger votre toutou contre ce trouble hormonal ?

Vous ne pouvez pas prévenir la maladie elle-même. Toutefois, si votre chien présente un tableau clinique similaire, un diagnostic précoce peut permettre d’éviter une forme aiguë d’Addison qui serait potentiellement mortelle. Si la maladie est diagnostiquée chez votre chien, vous devez éviter les situations stressantes telles que les grands voyages, les activités sportives et les expositions canines afin de prolonger au maximum son espérance de vie.


Franziska G., Vétérinaire
Profilbild von Tierärztin Franziska Gütgeman mit Hund

À l'université Justus-Liebig de Gießen, j'ai suivi une formation de vétérinaire où j'ai pu acquérir une certaine expérience dans divers domaines, tels que la médecine dédiée aux petits et grands animaux, la médecine exotique, la pharmacologie, la pathologie et l'hygiène alimentaire. Depuis, je n'ai pas seulement travaillé en tant qu'auteur vétérinaire. J’ai également travaillé sur ma thèse qui a été influencée scientifiquement. Mon objectif est de mieux protéger les animaux contre les agents pathogènes bactériens à l'avenir. En plus de mes connaissances, je partage mes propres expériences en tant que propriétaire de chien et je peux ainsi comprendre et apaiser les craintes et les problèmes, ainsi que d'autres questions concernant la santé animale.


Articles les plus utiles
7 min

Le coronavirus chez le chien

Le coronavirus canin (CCoV) est une maladie répandue dans le monde entier, qui touche principalement les chiots et les chiens vivant en enclos. Alors que les coronavirus des humains engendrent des difficultés respiratoires, les coronavirus chez le chien causent des troubles gastro-intestinaux. L’infection au coronavirus canin est souvent bégnine mais peut entraîner des crises de diarrhée sévères ou même la mort chez les chiens au système immunitaire affaibli.
3 min

La diarrhée chez le chien

Il est rare qu'au cours de sa vie, un chien ne souffre pas de diarrhée une seule fois. De nombreux chiens sont régulièrement affectés par ce désagréable problème digestif : ils ont besoin de faire leurs besoins plus fréquemment et leurs selles présentent une consistance liquide. Cela peut être le symptôme d’un problème de santé plus préoccupant. Il est donc préférable de savoir comment prévenir la diarrhée chez le chien et comment y remédier pour que votre chien reste en pleine santé !
17 min

Les démangeaisons chez le chien

Tous les maîtres le savent : les chiens se grattent de temps en temps. Mais si vous remarquez que les démangeaisons de votre chien dépassent un niveau normal, ou qu’il se lèche et se nettoie plus souvent que d'habitude, vous devez agir immédiatement contre les démangeaisons. Les démangeaisons chez le chien peuvent gravement nuire à son bien-être et à sa qualité de vie. Parfois, elles sont si intenses que le chien et son maître ne peuvent plus dormir. Les démangeaisons chez le chien peuvent se manifester de différentes manières. La plupart du temps, le maître observe que le chien se gratte différentes parties du corps avec les pattes avant ou arrière. Cela peut concerner toutes les parties du corps du chien. S'il secoue la tête, par exemple, cela indique que ses oreilles le démangent. Les chiens lèchent et mordillent également leurs pattes, leurs jambes, leur dos et leur croupe. Pour soulager les zones qu'il n'arrive pas à atteindre, les chiens se frottent contre le mur et sur le tapis. Souvent, les démangeaisons ne sont pas le seul problème. À cause des grattements incessants, la peau risque de s'enflammer et d'attraper des bactéries, des champignons et autres agents pathogènes qui risquent de mener à une infection. Une infection de la peau ne fera qu'aggraver les démangeaisons, et le chien va se retrouver dans un cercle vicieux.