La mammite chez le chien This article is verified by a vet

mammite chez le chien

La mammite est une inflammation de la mamelle. Les chiennes en sont généralement atteintes pendant la période d’allaitement.

Cette maladie est-elle dangereuse ?

Le degré de dangerosité de cette maladie pour votre chien dépend de la forme sous laquelle elle se manifeste.

La forme bénigne de la mammite présente des symptômes plutôt discrets chez la chienne, mais plus prononcés chez les chiots. Le taux de mortalité des chiots augmente et le syndrome du lait toxique peut se développer. Dans ce cas, les chiots tombent malades à cause des toxines produites dans le lait maternel.

Si l’inflammation de la mamelle est traitée à temps, elle guérit en quelques jours. En cas d’évolution grave, la maladie est toutefois dangereuse pour la chienne et les chiots.

Symptômes : comment se manifeste la mammite chez les chiens ?

Cette maladie se manifeste sous différentes formes. La plupart du temps, cela ne touche qu’un complexe de glandes mammaires. Les formes vont de l’engorgement mammaire initial (la forme bénigne) à la forme grave (aiguë) et aux complications avec abcès. Selon le stade, les animaux malades présentent différents symptômes.

Autres signes de la maladie

Les symptômes suivants indiquent généralement une inflammation de la mamelle :

  • gonflement ;
  • rougeur ;
  • chaleur ;
  • sensibilité à la douleur ;
  • limitation fonctionnelle de l’organisme.

Selon la forme et la gravité de l’inflammation de la mamelle, on peut observer les symptômes spécifiques suivants :

chiots qui têtent leur mère atteinte de mammite

Dans la forme bénigne (engorgement mammaire), la chienne présente des symptômes tels que malaise, halètement et apathie. La zone de la mamelle affectée est chaude, douloureuse et gonflée.

La forme bénigne se manifeste davantage par une maladie chez les chiots. Ceux-ci peuvent être fatigués, gémissent plus souvent, ont la diarrhée ou vomissent.

La forme aiguë ou grave se caractérise par des symptômes tels que de la fièvre, un gonflement de la mamelle (rougeâtre à bleuâtre, douloureux, chaud), une modification des sécrétions au niveau de la glande mammaire concernée (rougeâtre, floconneuse ou purulente), des douleurs (halètement, la chienne évite de s’allonger).

La chienne ne peut pas allaiter ses chiots et présente un état de somnolence, voire une apathie, ainsi qu’une perte d’appétit.

En cas d’évolution grave, des complications telles que la formation d’un abcès chez le chien (accumulation de pus dans une cavité tissulaire) apparaissent souvent.

Les abcès de grande taille peuvent se percer et doivent être retirés par voie chirurgicale. C’est également le cas lorsque le tissu de la mamelle inguinale se nécrose.

Par ailleurs, il peut y avoir une augmentation de la mortalité des chiots et un syndrome du lait toxique suite à une rétention placentaire (généralement entre le troisième et le quatorzième jour de vie, les chiots tombent malades à cause des toxines contenues dans le lait maternel). Dans ce cas, les chiots doivent être séparés de leur mère et élevés à la main.

Quand faut-il consulter un vétérinaire ?

Pendant la gestation et l’allaitement, l’état de santé de la chienne et des chiots doit être surveillé de près tous les jours. Contrôlez la température et les mamelles une fois par jour. Surveillez également la consommation d’eau et de nourriture des chiots et pesez-les. Dès que le contrôle révèle quelque chose de suspect, il est important de contacter rapidement un vétérinaire.

Premiers secours en cas d’urgence : que faire en présence de cette maladie ?

En cas de début d’engorgement mammaire, il est recommandé de chauffer la zone de la mamelle concernée pendant dix minutes et de la masser doucement avant de laisser la chienne allaiter les chiots afin de stimuler la circulation sanguine.

Après l’allaitement, la zone concernée doit être refroidie pendant 20 minutes, par exemple avec des poches de refroidissement. Il est également conseillé de placer les chiots près de l’endroit concerné fréquemment afin de soulager l’engorgement mammaire. Pendant cette période, la chienne doit impérativement évoluer dans le calme et s’hydrater abondamment.

Si aucune amélioration n’est constatée, il faut absolument consulter un vétérinaire, car un examen approfondi et un traitement médicamenteux sont indispensables.

Diagnostic : comment dépister la mammite chez le chien ?

Le diagnostic d’une infection mammaire canine peut être établi sur la base des antécédents et d’un examen physique précis de la chienne chez le vétérinaire.

Examens complémentaires

D’autres examens sont également recommandés afin de choisir les bons médicaments et de pouvoir entamer un traitement approprié encore plus rapidement :

  • Échographie : elle permet de bien voir les zones altérés des glandes mammaires.
  • Examen sanguin : il permet entre autres de vérifier le nombre de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. En cas de mammite chez le chien, on trouve davantage de cellules inflammatoires.
  • Analyse du lait : le lait peut être purulent, épais, brunâtre et floconneux ou son pH peut être modifié. Elle permet également de détecter la présence de bactéries (généralement Escherichia Coli, staphylocoques ou streptocoques).

Traitement : comment traiter cette maladie ?

La mammite aiguë est très douloureuse pour la chienne. C’est pourquoi on lui administre des analgésiques et des anti-inflammatoires pour soulager les symptômes.

Afin de trouver le bon remède contre les bactéries présentes, un antibiogramme est également réalisé. Pour ce faire, le vétérinaire prélève un échantillon de lait et le fait ensuite analyser. Il peut ensuite choisir un antibiotique approprié.

Attention aux glandes mammaires infectées

Pendant la période d’inflammation aiguë, les chiots ne doivent pas téter la glande mammaire infectée. En raison de l’inflammation de la mamelle, de nombreuses bactéries et leurs toxines se trouvent dans le lait maternel. Celles-ci peuvent provoquer une septicémie mortelle/un syndrome du lait toxique chez les chiots.

Les chiots ne doivent toutefois être sevrés que si plusieurs glandes mammaires sont touchées, si le remède administré ne convient pas aux chiots ou si la mère est gravement malade.

Comment puis-je soutenir mon chien en cas de mammite ?

Le chien malade doit impérativement évoluer dans le calme, se ménager, boire beaucoup et recevoir une nourriture de qualité.

Il faut également traire régulièrement à la main la glande infectée jusqu’à ce que la chaleur, la douleur, le gonflement et la rougeur se dissipent. Pour favoriser la circulation sanguine, il est judicieux d’appliquer au préalable des compresses chaudes et de masser doucement la zone concernée.

Après l’application, des compresses rafraîchissantes soulagent également les symptômes.

Pronostic : quelles sont les chances de guérison de la mammite ?

Les chances de guérison en cas de mammite chez le chien sont bonnes. Cela n’est bien sûr valable que si le traitement est effectué à temps et si l’animal est strictement ménagé. Si des complications surviennent, le pronostic peut s’aggraver en conséquence et soigner une mammite se révélera plus compliqué.

Complications dues aux abcès

Si l’inflammation de la mamelle se transforme en abcès, il faut l’ouvrir et le rincer afin d’éviter qu’il ne se nécrose. En cas d’abcès très important qui se perce, la zone de la glande mammaire concernée doit être retirée par voie chirurgicale.

Si la chienne présente un abcès ou des tissus mammaires nécrosés, les chiots doivent être séparés de leur mère. À partir de l’âge de trois semaines, les chiots peuvent généralement être sevrés correctement et élevés à la main.

Causes : comment mon animal contracte-t-il cette maladie ?

La mamelle de la chienne se compose généralement de cinq glandes mammaires (parfois quatre ou six) avec la tétine correspondante de chaque côté du corps. Cela signifie que chaque chienne a entre 8 et 12 tétines au total. Ces complexes de glandes mammaires sont alimentés par des vaisseaux sanguins et lymphatiques.

Qu’est-ce qu’une mammite ?

L’inflammation de la glande mammaire est appelée « mammite ». Elle est due à une infection bactérienne d’une ou de plusieurs glandes mammaires.

Agent causal : bactéries

La maladie survient principalement pendant la période d’allaitement. Plus rarement, la maladie est observée chez les chiennes en fin de gestation.

Les bactéries (principalement Escherichia Coli, staphylocoques et/ou streptocoques) pénètrent dans les tissus mammaires soit suite à une blessure, soit par l’allaitement des chiots, soit par voie sanguine.

L’engorgement mammaire peut favoriser l’apparition de la maladie

L’engorgement mammaire favorise également l’apparition d’une inflammation de la mamelle. Cela se produit souvent lorsqu’une chienne ne met au monde que quelques chiots et que ceux-ci ne boivent pas assez de lait. Les glandes mammaires ne sont alors pas suffisamment vidées.

Prévention : puis-je protéger mon chien d'une telle inflammation ?

Il est important que l’environnement de la caisse où les chiots viennent au monde soit propre et que la chienne et les chiots bénéficient d’une bonne hygiène corporelle. La zone des chiots doit être nettoyée régulièrement et contrôlée pour éviter d’éventuelles blessures (causées par des échardes, des vis qui dépassent, etc.)

Mesures d’hygiène recommandées pendant la gestation et l’allaitement

Il s’agit notamment de changer quotidiennement l’eau et la nourriture, de nettoyer les gamelles, de retirer les restes de nourriture, les excréments et l’urine, de nettoyer et de désinfecter le panier du chien et le sol, et de laver régulièrement les couvertures et les coussins.

Si les griffes des chiots sont trop longues, elles doivent être raccourcies.

Un changement d’alimentation peut-il être utile ?

Veillez à ce que la chienne ait un apport énergétique suffisant pendant la gestation et l’allaitement. Pendant cette phase physiquement éprouvante, la chienne a besoin d’une alimentation de qualité. Il existe dans ce cas des recommandations précises concernant la densité d’énergie nécessaire par semaine.

Un apport suffisant en calcium est également très important pour que la mise bas se déroule sans problème et réduit le risque de fièvre de lait. Les chiots doivent absolument absorber une quantité suffisante de colostrum dans les premières heures de leur vie pour que leur système immunitaire puisse se développer de manière optimale.

Existe-t-il un vaccin contre la mammite du chien ?

Il n’existe pas de vaccin spécifique contre la mammite chez la chienne. Un contrôle régulier et annuel des vaccinations des chiennes utilisées pour la reproduction dans les élevages est néanmoins recommandé. Le virus de l’herpès canin (CHV-1), en particulier, peut entraîner une stérilité ou même la mort des chiots.


Dr Julia Striegl, Vétérinaire
autorenbild julia striegl mit hund

I studied veterinary medicine at LMU Munich, where I also finished my PhD in 2012. After that, I was able to gain a lot of experience, for example as a practicing veterinarian and scientific advisor. Particularly important to me is the continuous improvement of animal welfare and farm animal medicine. My greatest concern has always been to act in the best interest of my patients and to provide them with optimal care. In addition to my veterinary knowledge, I am happy to share my experience as a horsewoman and long-time dog owner, as well as a dog sportswoman.


Articles les plus utiles
7 min

Le coronavirus chez le chien

Le coronavirus canin (CCoV) est une maladie répandue dans le monde entier, qui touche principalement les chiots et les chiens vivant en enclos. Alors que les coronavirus des humains engendrent des difficultés respiratoires, les coronavirus chez le chien causent des troubles gastro-intestinaux. L’infection au coronavirus canin est souvent bégnine mais peut entraîner des crises de diarrhée sévères ou même la mort chez les chiens au système immunitaire affaibli.
3 min

La diarrhée chez le chien

Il est rare qu'au cours de sa vie, un chien ne souffre pas de diarrhée une seule fois. De nombreux chiens sont régulièrement affectés par ce désagréable problème digestif : ils ont besoin de faire leurs besoins plus fréquemment et leurs selles présentent une consistance liquide. Cela peut être le symptôme d’un problème de santé plus préoccupant. Il est donc préférable de savoir comment prévenir la diarrhée chez le chien et comment y remédier pour que votre chien reste en pleine santé !
17 min

Les démangeaisons chez le chien

Tous les maîtres le savent : les chiens se grattent de temps en temps. Mais si vous remarquez que les démangeaisons de votre chien dépassent un niveau normal, ou qu’il se lèche et se nettoie plus souvent que d'habitude, vous devez agir immédiatement contre les démangeaisons. Les démangeaisons chez le chien peuvent gravement nuire à son bien-être et à sa qualité de vie. Parfois, elles sont si intenses que le chien et son maître ne peuvent plus dormir. Les démangeaisons chez le chien peuvent se manifester de différentes manières. La plupart du temps, le maître observe que le chien se gratte différentes parties du corps avec les pattes avant ou arrière. Cela peut concerner toutes les parties du corps du chien. S'il secoue la tête, par exemple, cela indique que ses oreilles le démangent. Les chiens lèchent et mordillent également leurs pattes, leurs jambes, leur dos et leur croupe. Pour soulager les zones qu'il n'arrive pas à atteindre, les chiens se frottent contre le mur et sur le tapis. Souvent, les démangeaisons ne sont pas le seul problème. À cause des grattements incessants, la peau risque de s'enflammer et d'attraper des bactéries, des champignons et autres agents pathogènes qui risquent de mener à une infection. Une infection de la peau ne fera qu'aggraver les démangeaisons, et le chien va se retrouver dans un cercle vicieux.