Caracal

Rédigé par Bärbel Edel
Un chat caracal dans un arbre

Un Chat Caracal perché sur le tronc d’un arbre en Namibie.

Le Chat Caracal habite les régions arides de l’Asie et de l’Afrique. Ses oreilles noires et touffues, semblables à celles du lynx, lui ont également valu le surnom de « lynx du désert ». Certaines personnes considèrent le caracal comme un animal de compagnie exotique, mais il s’agit d’un chat sauvage qui n’a rien à faire entre des mains humaines.

Apparence des caracals

Le Caracal fait partie de la famille des félidés. Ce chat sauvage doit son nom à ses oreilles atypiques qui se terminent par un bouquet de longs poils noirs : en turc, « karakulak » signifie en effet « oreille noire ». L’arrière de ses oreilles est de la même couleur.

La couleur du poil de cet animal varie en fonction de son habitat. La palette s’étend de la couleur sable ou ocre dans les régions particulièrement sèches à un ton rouge brique dans les zones plus humides. Son ventre est toujours légèrement plus clair que le reste du corps et est légèrement tacheté.

La tête du chat Caracal comporte des lignes caractéristiques noires et blanches.

Avec un corps de 65 cm de long environ et une hauteur d’épaules de 45 cm, le caracal fait partie des félins de taille moyenne. Ce chat sauvage peut atteindre une longueur de 1 mètre. Sa queue mesure 30 cm environ.

Un Caracal mâle pèse entre 13 kg et 18 kg. Les femelles sont légèrement plus petites et plus légères.

Comme chez le lynx, les pattes arrière du caracal sont plus longues que les pattes avant, ce qui lui permet de sauter jusqu’à 3 m de haut – sans prendre d’élan ! Grâce à cette détente fulgurante, ce félin est même capable d’attraper des oiseaux en plein vol.

Le Caracal et le lynx

Pendant longtemps, on a supposé que le chat caracal (appellation scientifique : Caracal Caracal) et le lynx étaient de proches parents. Les deux espèces font en effet partie de la famille des félins (Felidae), elles ont toutes deux des pinceaux de poils à l’extrémité des oreilles, un gabarit et une taille semblables. Cette ressemblance avec le lynx a d’ailleurs valu au caracal le surnom de « lynx du désert ».

En réalité, il existe des différences notables entre ces deux félins : les touffes de poils qui ornent les oreilles du caracal sont par exemple plus longues que chez le lynx. Contrairement au lynx, le caracal n’a pas de longs poils sur les joues (semblables à des favoris) ni de queue courte.

Des recherches récentes en génétique ont montré que le parent le plus proche du caracal est le chat doré africain (Caracal aurata).

caracal vu de près
Un trait caractéristique du Caracal : les pinceaux de poils noirs à l’extrémité des oreilles.

Habitat : où vit ce beau félin ?

Le Caracal vit dans les régions semi-désertiques, les steppes et les savanes sèches.

Son aire de répartition s’étend de la péninsule arabique à l’Asie. On rencontre notamment ce félin en Israël, en Turquie, en Jordanie, en Syrie, au Koweït, en Irak, en Iran, au Pakistan, au Turkménistan et en Inde. Les lynx du désert vivent également en Afrique du Nord, en Afrique centrale et en Afrique du Sud.

Ces animaux ne figurent pas sur la liste rouge des espèces menacées. Toutefois, ils se font rares dans certaines régions d’Asie car leur habitat se réduit. Les populations les plus importantes se trouvent principalement dans la province du Cap, en Afrique du Sud.

Comportement : un animal solitaire

En dehors de la période de reproduction, ces félins vivent en solitaire. Ils ont leur propre territoire dont la taille s’avère extrêmement variable :  il peut s’étendre sur 5 km² comme sur  200 km².

Ces territoires peuvent parfaitement se chevaucher. Pour éviter des rencontres indésirables avec des congénères, ces animaux ont notamment recours au marquage urinaire et à d’autres marques olfactives. Ces signaux – imperceptibles pour les humains – sont aussi porteurs de messages. Ils renseignent par exemple sur l’état de santé des mâles ou sur la disposition des femelles à s’accoupler.

Comme tout félin digne de ce nom, le caracal ne communique pas uniquement par le biais d’odeurs, mais aussi par le biais de sons. Il peut miauler, feuler et ronronner.

Reproduction et développement

Les femelles ont généralement un à trois petits par portée. La période de reproduction dépend du climat. Les femelles Caracal mettent toujours bas à la période de l’année où les proies sont les plus nombreuses, ce qui leur permet de nourrir plus facilement leurs petits.

La période de gestation dure 80 jours environ. Pour mettre bas, la femelle choisit un lieu de retraite sûr – une cavité rocheuse, par exemple.

Les bébés Caracal viennent au monde les yeux fermés et complètement démunis. À la naissance, ils pèsent 250 g environ. Lorsqu’ils ont une dizaine de jours, ils ouvrent leurs yeux pour la première fois.

Leurs dents de lait font leur apparition à l’âge de 1 mois environ. Ils peuvent désormais manger la nourriture solide que leur mère a capturée pour eux.

Premières tentatives de chasse

C’est autour du 6ème ou du 7ème mois que les chats Caracal se lancent dans leurs premières tentatives de chasse. Au début, les petits félins sont encore des chasseurs maladroits, mais ils ne tardent pas à gagner en agilité.

Lorsqu’ils ont un an environ, les jeunes chats quittent leur mère pour trouver leur propre terrain de chasse. Leur croissance ne s’achève vraiment qu’à l’âge de deux ans.

Les chats Caracal élevés en captivité ont une espérance de vie de 16 ans.

Alimentation : que mange ce félin ?

Comme tout félin qui se respecte, le Caracal est un pur carnivore qui ne consomme de l’herbe qu’occasionnellement. Il ne boit quasiment pas d’eau, car la nourriture couvre presque exclusivement ses besoins en liquides.

Ce félin chasse de préférence la nuit. Il se faufile silencieusement jusqu’à sa proie et la surprend ensuite par une attaque fulgurante.

Le Caracal se nourrit – entre autres – de souris, d’oiseaux, d’antilopes, de lièvres et de damans (petits mammifères ressemblant à des marmottes). Il tue ses proies en les mordant violemment à la nuque ou à la gorge.

Certains animaux domestiques comme la chèvre figurent également au menu de cet animal sauvage. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est chassé dans la province sud-africaine du Cap.

caracal qui chasse
Les Caracals sont des animaux sauvages. Ils n’ont pas leur place dans un salon.

Acheter un Caracal, c’est possible ?

Jusqu’à une période avancée du 20ème siècle, les caracals ont été domestiqués en Inde et en Iran pour chasser les lièvres et d’autres petits gibiers.

De nos jours, ces félins ont le statut d’animaux exotiques et sont devenus un symbole de prestige. Pour se procurer un chat caracal, il faut débourser entre 6 500 euros et 9 000 euros.

Même si la beauté de ces animaux vous fascine et si leur prix ne vous décourage pas, avoir un chat caracal comme animal domestique n’est pas souhaitable. Les Caracals sont des animaux sauvages et ne sont pas faits pour une vie en captivité. Un élevage respectueux des besoins de la race n’est pas envisageable dans un logement privé. Même le plus grand enclos en plein air n’atteint pas les dimensions du territoire d’un caracal. Cet animal ne peut pas non plus donner libre cours à son instinct de chasse en milieu humain. De plus, les chats de cette espèce peuvent devenir très dangereux. Avec leurs dents et leurs griffes aiguisées, ils risquent d’infliger de graves blessures aux humains. Il arrive régulièrement que des félins achetés sous l’effet d’une impulsion soudaine et irréfléchie se retrouvent dans des centres d’accueil pour animaux ou des refuges parce que leurs propriétaires se sont sentis dépassés par leur élevage et ont eu peur d’eux. Dans de nombreuses régions du monde, la détention privée de félins et de félins hybrides est de ce fait soit interdite, soit soumise à un encadrement strict.

Le Caracat : un croisement entre le chat domestique et le caracal

Pour satisfaire la demande croissante en félins exotiques de petite taille, de plus en plus de races hybrides ont vu le jour. Le Bengal et le chat Savannah font partie des chats sauvages hybrides les plus célèbres.

Le Caracat est né du croisement entre un chat domestique et un caracal. Son élevage est extrêmement problématique, car un chat domestique peut subir de graves blessures en s’accouplant avec un chat caracal – un félin bien plus grand et bien plus puissant.

La différence de durée de gestation entre les chats domestiques (63 jours) et les caracals (80 jours) peut aussi entraîner des problèmes de santé et des troubles du développement chez les chatons.

Un autre risque résulte du caractère sauvage des chats hybrides, qui peuvent représenter un réel danger pour leurs propriétaires.

Pour des raisons éthiques, il vaut donc mieux ne pas acheter un caracal ou d’un caracat. Le mieux est de vous tourner vers un chat domestique « ordinaire » ou un chat de race issu d’un refuge. L’artiste italien Léonard de Vinci le savait déjà en affirmant : « Le plus petit des chats est déjà un chef d’œuvre ».


Bärbel Edel
Profilbild von Magazin-Autorin Bärbel Edel

Je suis journaliste, j'aime les animaux et j'ai réalisé quelques travaux de recherche sur la relation entre les Humains et les chiens durant mes études sur le folklore. Il y a quelques années, j'ai adopté un chat au refuge pour animaux de Munich. Elvis a été la raison pour laquelle j'ai commencé mon blog sur les chats "Lieblingskatze" et aussi pour parler des animaux d'une manière journalistique. Avec mes articles, j'aimerai aider les gens à mieux comprendre leurs animaux de compagnie.


Articles les plus utiles
7 min

Maine Coon

Le maine coon fait actuellement partie des races de chat les plus appréciées dans le monde entier. En Belgique également, ces chats rencontrent un franc succès. Si ce chat robuste et à l’excellent caractère plaît autant, ce n'est pas pour rien !
8 min

British Shorthair

Son pelage court et dense est facile à entretenir. Sa tête courte et ses grands yeux ronds rappelle l’apparence d’un ours en peluche. Il n’est donc pas surprenant que le British Shorthair soit devenu l’une des races de chat les plus populaires. Les British Shorthair sont plutôt robustes de par leur physique. Comme les autres grandes races de chat, leur croissance est relativement lente. En règle générale, les British Shorthair atteignent leur taille adulte entre 3 et 5 ans. Les femelles pèsent jusqu’à 5 kilos, tandis que les mâles peuvent atteindre les 7 kilos.

Les différentes couleurs du pelage

Qu’ils aient un pelage uni ou de plusieurs couleurs, tous les British Shorthair sont un plaisir pour les yeux. Les animaux au pelage uni sont de couleur bleu-gris et noir. Les couleurs « lilas » ou « fauve », qui correspond à un beige clair, sont également très populaires. Il existe des chats roux ou de couleur crème. Si vous aimez l’originalité, vous apprécierez sans doute les variantes de couleur « chocolate smoke » ou « bleu écailles de tortue tabby ». Et que diriez-vous d’un « British Shorthair silver shaded » ? Les chats que l’on désigne comme « shaded » présentent une couleur uniquement au niveau des pointes du pelage. On parle alors de nuances. Les variantes « tabby » classiques sont particulièrement appréciées. Qui ne connait pas le « chat Whiskas », ce fameux silver tabby ?
8 min

Sacré de Birmanie

Le Birman ou « Sacré de Birmanie » : un chat dont le nom prête encore à confusion. D’ailleurs, en anglais, on le nomme « Burma », une race de chat à ne pas confondre avec le Burmese ! Le Birman est issu d’un programme d’élevage français datant des années 1920. Apprenez-en davantage sur cette race de chat à mi-chemin entre le persan et le siamois !